Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« La vie de la plupart des hommes est un chemin mort et ne mène à rien. Mais d’autres savent, dès l’enfance, qu’ils vont vers une mer inconnue. Déjà l’amertume du vent les étonne ; déjà le goût du sel est sur leurs lèvres, jusqu’à ce que, la dernière dune franchie, cette passion infinie les soufflette de sable et d’écume. Il reste de s’y abîmer ou de revenir sur ses pas. »

 

François MauriacChemins de la mer (cité par Jean d’Ormesson dans Une autre histoire de la littérature française, tome 2, Nil Editions (Poche), 1997, p. 265)      

Partager cet article

Repost 0