Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les professionnels de l’éducation se trompent lorsqu’ils disent aux jeunes que, s’ils travaillent bien à l’école, ils auront un bon métier. Car, ce faisant, ils leur inculquent sans savoir l’idée fausse que le travail récompense les efforts fournis sur les bancs de l’école. Du coup, certains jeunes qui ont fait de brillantes études entament leur carrière professionnelle en pensant à tort qu’ils n’ont plus d’efforts à faire après ceux qu’ils ont fournis à l’école. Ils n’attendent de leur métier que des droits, alors qu’il s’agit avant tout de s’acquitter encore de devoirs envers leur employeur ou envers la collectivité contre un salaire. Au demeurant, dire à un enfant « si tu travailles bien, tu auras un bon métier » revient à insinuer qu’il existe des métiers qui ne sont pas bons. Or, est-il judicieux pour un professionnel de l’éducation de porter un jugement de valeur sur quelque métier que ce soit ? Un minimum de prévenance ne commande-t-il pas de songer que certains parents des élèves que l’on a devant soi exercent sûrement ces métiers déconsidérés ? Et qui sait si certains élèves ne les exerceront pas plus tard ?

 

Denis Dambré

Partager cet article

Repost 0