Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« […] quelques mois après les événements de mai 1968, le ministre de l'éducation nationale d'alors, Edgar Faure, avait tenté de transformer en profondeur les pratiques de notation. Il préconisait l'abandon de la notation sur 20 au profit d'appréciations plus globales en cinq niveaux, de A à E. Dans sa circulaire, le ministre demandait aux enseignants de ''prendre conscience de la relativité de la note'' et ''d'éviter de la dramatiser'' (Cf. Circulaire du 6 janvier 1969). Mais en quelques années, la circulaire a été oubliée et les modes de notation traditionnels sont redevenus majoritaires. Pourquoi ces pratiques, dont tous les spécialistes depuis presque un siècle critiquent l'iniquité, persistent-elles avec tant d'insistance ? »

 

Vincent Troger, « Pourquoi noter les élèves ? », in Eduquer et Former, Sciences Humaines Editions, 2011, p. 224

Partager cet article

Repost 0