Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Je n’accorde aucun crédit à la doctrine du péché originel. Je ne crois pas en un être humain qui naîtrait dépravé. Je n’accorde pas non plus de crédit au point de vue opposé et naïf que tous les humains seraient bons par nature, qu’ils seraient naturellement en quête du bien et qu’ils ne pécheraient que par ignorance. Les êtres humains ne sont ni bons ni mauvais de naissance mais capables d’être les deux. Bien que nous disposions d’une sensibilité morale profondément ancrée, une bête sauvage se tapit en nous, prête à bondir si l’on ouvre sa cage et à commettre des actes immoraux. Sans doute ses deux pulsions coexistent-elles en notre cœur, côte à côte. »

 

Paul Kurtz (2011) : Le fruit défendu : pour une éthique laïque, H&O éditions (pour l’édition en français), p. 373-374

 

Je partage ce point de vue qui est à la fois une remise en cause de la doctrine chrétienne du péché originel et une remise en cause du postulat rousseauiste que l'homme naît naturellement bon et que c'est la société qui le pervertit.

Partager cet article

Repost 0