Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mouvement de la négritude tel que le conçoit le regretté poète et homme politique martiniquais, Aimé Césaire[1], est un appel à assumer son humanité sans complexe. Raison pour laquelle l’auteur du Cahier d’un retour au pays natal s’en prend aux Noirs « qui disent à l’Europe : ‘Voyez, je sais comme vous faire des courbettes, comme vous présenter mes hommages, en somme, je ne suis pas différent de vous ; ne faites pas attention à ma peau noire : c’est le soleil qui m’a brûlé’ ». Pour Aimé Césaire, l’individu doit simplement prendre acte de sa différence et l’accepter sans se considérer ni comme inférieur, ni comme supérieur, ni encore comme identique aux autres; car chacune de ces considérations est vaine et l'éloigne de son humanité réelle. Si « la question noire » sert de point d’ancrage à son œuvre, il n’en demeure pas moins que son message transcende les frontières pigmentaires pour prendre tout simplement une dimension humaine… On entend souvent dire à la disparition des grands hommes qu’ils laissent derrière eux un vide. Je ne dirai pas cela d’Aimé Césaire. La puissance de son œuvre ne laisse aucun doute sur la pérennité de son message humaniste que je prends le risque de résumer ainsi : « Soyez le meilleur de vous-mêmes sans envier ni mépriser les autres ! ».

 

 

Denis Dambré 


 

[1] Aimé Césaire est mort le jeudi 17 avril 2008 à l’âge de 94 ans.

Partager cet article

Repost 0