Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les moments de l'histoire où les groupes humains se convainquent collectivement de choses insensées m'intéressent particulièrement. D'une part, parce qu'ils donnent à voir les monstruosités auxquelles l'idéologie (la doctrine) peut conduire les hommes, d'autre part, parce qu'ils apportent la preuve que la prudence est une vertu à cultiver dès lors que nos prises de position peuvent entraîner des conséquences désastreuses pour autrui.


Comment expliquer par exemple que des humains aient pu, pendant des siècles, dresser des bûchers pour brûler d'autres humains au prétexte insensé que ces derniers s'adonnaient à la sorcellerie ? Voici à ce sujet un passage du livre de Colette Arnould intitulé Histoire de la sorcellerie :

 

« Dans le Lot-et-Garonne, le 12 décembre 1824, une femme que l'on prétendait sorcière échappait de justesse au bûcher sur lequel deux voisines prétendaient la pousser. Le 21 septembre 1836, à Laval, un vieillard accusé d'avoir maléficié un enfant était torturé, et la même année, à Méry, une femme était martyrisée sur les conseils du médecin de la ville incapable d'expliquer une épidémie autrement que par la sorcellerie... ».

 

Plus je pense à ces périodes sombres de l'histoire, plus je me dis que le philosophe Pascal n'avait pas tort sur un point : face à l'étrange, les humains préfèrent toujours une explication fausse à une absence totale d'explication. C'est ce que révèlent les mythes : ils proposent toujours de fausses explications pour apaiser l'angoisse existentielle des humains.

 

 

Denis Dambré

 

Partager cet article

Repost 0