Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Un élève démotivé recourt à des stratégies d’évitement ; autrement dit, il ‘‘fait tout pour ne rien faire’’. A l’école primaire ou au collège, les stratégies d’évitement se traduisent par des comportements comme se lever constamment pour tailler son crayon, demander inutilement des explications, faire répéter le professeur pour gagner du temps, etc. [...] Certains enseignants, précise D. J. Stipek (1), sont portés inconsciemment à critiquer plus souvent les élèves qu'ils considèrent faibles et démotivés, les font assseoir loin d'eux, ont peu de contacts avec eux, se contentent de réponses inadéquates et manifestent de la pitié lorsqu'ils échouent. Face à de tels comportements, les élèves perçus comme faibles ou démotivés ne font aucun effort pour apprendre, car ils savent que l'enseignant ne les interroge jamais et qu'il ne leur adresse la parole que pour les réprimander. Ils entrent ainsi dans un cercle vicieux: n'étant pas encouragés à travailler, ils ne sont pas motivés à le faire et, ne travaillant pas, ils deviennent faibles, ce qui confirme l'opinion de leur enseignant selon laquelle ''il n'y a rien à faire''. »

 

Rolland Viau (2001) : « La motivation : condition essentielle de la réussite », in Eduquer et Former, Sciences Humaines Editions, 113-121  

 

________________________________

(1) référence à un ouvrage de D. J. Stipek paru en 1993 sous le titre Motivation to learn (Allyn and Bacon). 

Partager cet article

Repost 0