Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faut-il simplifier l'orthographe du français? A cette question, les conservateurs répondent toujours par la négative et justifient leur point de vue par l'argument que l'orthographe fait partie du patrimoine linguistique français. Mais, en soutenant cela, ils oublient qu'elle a déjà été réformée à plusieurs reprises sans pour autant cesser de faire partie du patrimoine. Le numéro 9 d'éducation magazine consacre ce mois de janvier 2011 un dossier à cette question avec un point de vue très intéressant d'André Chervel, agrégé de grammaire, docteur ès Lettres et chercheur. Voici ce qu'il dit:

 

"Bien sûr que l'orthographe française actuelle (c'est-à-dire celle de 1835) fait partie de notre patrimoine; mais c'était déjà le cas de l'orthographe de 1650, et celle de 1750; et toutes deux ont été profondément réformées. Il y a trente ans, et même vingt ans, qui aurait pu penser que les Français abandonneraient sans plus de protestation leur monnaie traditionnelle (qui de surcroît portait leur nom) au profit de l'euro? C'est que l'Europe avait entre-temps pénétré dans tous les esprits. Il pourrait parfaitement en être de même pour l'orthographe, si un projet rationnel et global était mis sur la place publique, et si une campagne solidement menée était en mesure de prouver à tous que nous nous trouvons à la croisée des chemins: ou la réforme, ou l'aristocratisme d'une orthographe de classe."

 

Il faut se rendre à l'évidence: l'orthographe est devenue l'apanage des classes cultivées. Ne vaut-il pas mieux que celles-là fassent des efforts pour s'adapter à une orthographe simplifiée dont une large majorité de la population pourrait s'emparer plutôt que de demander aux enfants des couches sociales défavorisées d'acquérir des compétences que, de toute façon, ils ne pourront pas tous acquérir? En effet, d'après le même dossier d'éducation magazine, la maîtrise de l'orthographe est devenue un indicateur de classe sociale en France: "L'augmentation du nombre d'erreurs est moins marquée pour les enfants d'origine sociale favorisée."

 

Denis Dambré 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :