Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un historien disait que ce sont toujours les minorités et les hommes exceptionnels qui ont fait l'histoire. Il entendait par là que le progrès social vient toujours d'individus hors du commun ou de petits groupes de personnes exceptionnelles. Albert Einstein qui, lui-même, compte inconstestablement au nombre de ces personnes exceptionnelles, développe une réflexion similaire dans le passage suivant où il parle de la communauté et de la personnalité. Une vraie réflexion philosophique sur la responsabilité individuelle.

 

« Je suis réellement un homme quand mes sentiments, mes pensées et mes actes n’ont qu’une finalité : celle de la communauté et de son progrès. Mon attitude sociale déterminera donc le jugement qu’on porte sur moi, bon ou mauvais.

Mais cette constatation primordiale ne suffit pas. Je dois reconnaître dans les dons matériels, intellectuels et moraux de la société, le rôle exceptionnel, perpétué par d’innombrables générations, de certains hommes créateurs de génie. Oui, un jour, un homme utilise le feu pour la première fois, oui, un jour il cultive des plantes alimentaires, oui, il invente la machine à vapeur.

L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté. Il invente ainsi de nouvelles règles morales et modifie la vie sociale. La personnalité créatrice doit penser et juger par elle-même car le progrès moral de la société dépend exclusivement de son indépendance. Sinon la société est inexorablement vouée à l’échec, comme l’être humain privé de la possibilité de communiquer. »

 

Albert Einstein (1979, réédition 2009) : Comment je vois le monde, éditions Flammarion, p. 17-18  

Partager cet article

Repost 0