Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

une voix faible déchire le silence

qu'on soigne leurs mains calleuses

qu'on tende les bras à ces fantômes

et leurs corps frêles et robustes

soudain régénéreront le monde

rien à perdre de ces souffles

qui s'époumonent et essoufflent

rien à perdre de ces pas lents

égarés dans les courses du jour

adieu la mélancolie, le bonheur d'être triste

assez la nostalgie des temps immémoriaux

eux aussi portaient leur lot de souffrance

qu'on soigne donc leurs mains calleuses

crie désormais la voix dans le tohu-bohu

qu'on panse leurs blessures affreuses

et à nous demain le nouveau monde.

 

 

Denis Dambré

 

Partager cet article

Repost 0