Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'aime la philosophie pour sa recherche permanente et sincère de la vérité. C'est pour cette même raison qu'il y a de la philosophie dans toutes les disciplines scientifiques. Prenons par exemple l'ouvrage récent du philosophe Michel Onfray: La passion de la méchanceté (éditions Autrement, Paris, 2014). L'auteur s'y propose de revisiter l'oeuvre et la vie du marquis de Sade, auteur encensé depuis 1909, date à laquelle le poète Guillaume Apollinaire a publié une anthologie de ses écrits dans une collection intitulée《Les Maîtres de l'amour》avec une préface élogieuse. Depuis, les critiques littéraires et de nombreux professeurs des universités traitent avec bienveilance le marquis de Sade et s'évertuent à jeter aux oubliettes des faits graves qui ont émaillé la vie de cet homme. L'argument principal de ses défenseurs est qu'il aurait produit des écrits sadiques et libertaires pour exorciser ses démons et éviter ainsi le passage à l'acte.

Or, Michel Onfray montre avec brio et preuves à l'appui qu'il n'en est rien! Le marquis de Sade n'est rien moins qu'un délinquant sexuel qui a décrit dans ses ouvrages des pratiques inhumaines qu'il a souvent mises en application sur des femmes généralement pauvres. Et, n'en déplaise à ses défenseurs - qui repennent tous en choeur l'argument d'autorité du poète Guillaume Apollinaire -, les faits à son actif sont bel et bien avérés. Il a séquestré des femmes, les a menacées de mort et les a réduites à l'état d'objets. Des ossements humains ont même été retrouvés dans son jardin et il s'en est expliqué à l'époque en prétendant que c'était sa maîtresse qui les lui avait apportés pour lui faire une"plaisanterie"!... Dès lors, comment peut-on aujourd'hui magnifier l'oeuvre d'un tel personnage? Eh bien, devant les légendes propagées par les défenseurs du marquis de Sade, le philosophe dit stop après s'être plongé dans la vérité historique. C'est cette recherche de la vérité que je trouve intellectuellement passionnant en philosophie.

Partager cet article

Repost 0