Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il n'y avait rien. Et ce rien était le tout. Le tout et le rien se mêlaient l'un à l'autre et se confondaient l'un avec l'autre. Il n'y avait pas d'étoiles. Il n'y avait pas de nuages. Il n'y avait ni arbres, ni ruisseaux, ni coccinelles, ni guerriers. Il n'y avait pas de paroles. Ni de rêves. Il n'y avait pas de formes, il n'y avait pas de couleurs et il n'y avait pas de musique. Il n'y avait même pas de sphères. Ni de passé. Ni d'avenir. Et il n'y avait pas de nombres. Il n'y avait rien.

Jean d'Ormesson, Comme un chant d'espérance, Éditions Héloïse d'Ormesson, 2014, p. 19

Partager cet article

Repost 0